Accéder directement au contenu principal
20 septembre 2021

Un appel à se montrer ambitieux

Par Matthew Fortier, vice-président, Politiques
Un point devrait occuper la première place du programme de tout nouveau gouvernement, quelle que soit sa philosophie politique : comment permettre la transition du Canada vers une économie à forte valeur ajoutée? Nous avons besoin d’une stratégie qui met en valeur nos ressources naturelles, qui donne la priorité à la recherche et au développement, qui conserve la propriété intellectuelle et qui amène le gouvernement fédéral et les provinces à s’engager dans un cadre de coopération industrielle et d’avantages mutuels.

Dans les années 70, on aurait pu l’appeler « politique industrielle », mais aujourd’hui, il faut y voir simplement une politique avisée. C’est ce que fait la Chine, c’est ce que fait l’Allemagne, et c’est ce que le Canada doit faire. Les principaux obstacles auxquels nous faisons face ne sont pas physiques (il n’y a pas de barbelés entre la Saskatchewan et le Manitoba pour gêner le commerce intérieur), mais plutôt psychologiques.

À un certain moment, le Canada semble avoir cessé de voir grand. Demandez-vous si nous tenterions aujourd’hui de construire la plus haute structure autoportante du monde? Ou un chemin de fer national? Ces projets exigeaient beaucoup d’ambition, une caractéristique qui aujourd’hui semble se perdre. Nous nous contentons, semble-t-il, de vivre des dividendes générés par les ambitions des générations précédentes.

Le marché de nos produits de base change et notre relation avec notre voisin et principal partenaire commercial évolue. Il est donc temps maintenant pour le Canada de redécouvrir son ambition et de choisir une voie qui assure une bonne qualité de vie aux futurs Canadiens et Canadiennes.

Quatre leaders que l’on ne pourra jamais accuser de manquer d’ambition sont nos fellows de l’IAS 2021, qui ont tous et toutes accompli de grandes choses pour les organisations qu’ils et elles ont servies ainsi que pour notre pays. Pour recueillir et faire connaître leurs points de vue, nous lancerons une série numérique en quatre parties sur notre site Web (icd.ca) intitulée « À huis clos ».

Dans la première partie, Jim Fleck, dont la contribution à la gouvernance du secteur culturel canadien est inégalée, discute du rôle des arts en tant que moteur économique du Canada et examine les difficultés de surveillance auxquelles font face les administrateurs et les administratrices du secteur pendant la pandémie et qui seront encore bien présentes après la fin de la pandémie.

Peu de Canadiens et Canadiennes sont plus qualifiés que John Manley, président du conseil de la Banque Canadienne Impériale de Commerce, chef de la direction du Conseil canadien des affaires et ancien vice-premier ministre du Canada, pour discuter de la façon dont les entreprises peuvent influer sur les retombées sociétales et y contribuer. Dans le cadre de sa séance « À huis clos », il discutera de l’évolution du rôle de l’entreprise dans la société à une époque où les conseils doivent répondre à un plus grand nombre d’attentes de la part des parties prenantes.

Isabelle Courville, présidente du conseil du Canadien Pacifique et ancienne présidente du conseil de la Banque Laurentienne, nous parlera du rôle essentiel que joue la finalité dans la définition d’une organisation et l’orientation de sa stratégie. Mme Courville possède une expérience immersive en matière de définition de la finalité d’entreprise et c’est avec passion qu’elle en explique la nécessité et le processus qui y mène.

Enfin, Hal Kvisle, président du conseil d’ARC Resources et administrateur de Cenovus, discutera de la tendance à long terme de la transition énergétique au Canada, notamment des difficultés et des possibilités qu’elle présente pour notre économie. Il examinera l’avenir de notre secteur énergétique et la façon de préparer le Canada à réussir malgré les présents bouleversements.

Une élection fédérale, quel qu’en soit le résultat, est une occasion de renouveau. Pour le Canada, il s’agit notamment de raviver l’esprit d’ambition et de s’engager à nouveau à voir grand. Cet automne, les Canadiens et Canadiennes en quête d’inspiration, notamment les membres de notre gouvernement nouvellement élu, sont invités à regarder notre série « À huis clos ».

Cette chronique a été initialement publiée dans le Director Journal de septembre/octobre 2021. Lire le numéro complet.
 
Haut